« Dans le passé, les élections municipales ont souvent été prémonitoires »

4 089 952

Chronique. Etonnant pays, si prompt à se déchirer sur de multiples sujets et pourtant capable d’afficher sur d’autres une incroyable unité de vue. Ainsi de la tenue des élections municipales qui, à ce jour, n’appelle aucun débat. Le premier tour est prévu dimanche 15 mars, le second le 22. Le pays sera alors passé ou tout près de passer au stade 3 de l’épidémie de Covid-19, celui où le nombre de cas est devenu tellement important qu’il est impossible de retracer les chaînes de transmission et d’identifier des clusters (cas groupés) précis. Ce cap sera atteint « dans quelques jours, une ou deux semaines maximum », a en effet estimé, jeudi 5 mars, le professeur de médecine Jean-François Delfraissy, à l’issue d’une réunion d’experts avec le président de la République. Et pourtant, aucune voix, dans le monde politique, ne s’est élevée pour réclamer, au nom du risque sanitaire, le report du scrutin. Lorsque la question est posée, c’est l’inverse qui prévaut. « Reporter ? Vous n’y pensez pas ! »

De deux choses l’une, soit le risque de tenir un bureau de vote est considéré comme inexistant et cela donne à l’exercice démocratique un pouvoir quasi magique sur l’épidémie, soit il est jugé inférieur à la tempête politique qu’aurait provoquée telle ou telle demande de report qui ne relèverait pas d’une décision unanime. De fait, l’exécutif aurait vite fait d’être accusé de vouloir différer, pour convenance personnelle, un scrutin qui ne se présente pas sous les meilleurs auspices pour La République en marche (LRM).

Un temps euphoriques, les troupes présidentielles ont dû concéder que l’implantation locale pour un jeune parti n’avait rien d’évident, surtout lorsque le climat national vire à l’aigre. Par effet contraire, ses opposants, de quelque bord que ce soit, n’ont aucun intérêt à ce que la date du scrutin soit bougée. Vogue la galère !, les électeurs de santé fragile sont incités à recourir au vote par procuration ; du gel hydroalcoolique sera disponible à l’entrée des bureaux de vote, qui seront réaménagés pour éviter les contacts trop rapprochés. On en est là.

Leave A Reply

Your email address will not be published.