Coupe de la Ligue: Paris, Lyon et Lille rejoignent Reims en demi-finale

2 809 780

Il y a du beau monde dans le dernier carré de la Coupe de la Ligue. Sans surprise, Paris, Lyon et Lille se sont imposés, mercredi 8 janvier, respectivement contre Saint-Etienne (6-1), Brest (3-1) et Amiens (2-0), en quart de finale pour rejoindre Reims, qui avait obtenu sa qualification la veille.

Lors du tirage au sort des demi-finales jeudi, le PSG sera forcément le club à éviter pour les trois autres prétendants à la succession de Strasbourg, tenant du titre éliminé mardi par Reims aux tirs au but (0-0, 4 tab à 2).
Sans pitié contre des Stéphanois réduits à dix dès la demi-heure de jeu, Paris, club le plus titré de la compétition, est à deux victoires de remporter sa neuvième Coupe de la Ligue, pour la dernière édition de cette compétition, appelée à disparaître en fin de saison devant le peu d’enthousiasme qu’elle suscite dans les stades et les médias.

Paris à sens unique
Face à Saint-Etienne, le terrain a confirmé l’a priori d’avant-match : Paris avait plus d’une longueur d’avance. Dès la 2e minute, Mauro Icardi a ouvert le score, trompant dans un angle fermé Jessy Moulin. Wesley Fofana exclu pour un deuxième carton jaune après un croche-pied sur Angel Di Maria en pleine course vers le but, le PSG a eu tous les espaces pour s’exprimer.

Neymar, lancé à merveille par Di Maria, a inscrit le deuxième but parisien d’une frappe suave enroulée (39e), avant que la défense des Verts se saborde sur un comique coup de billard entre deux défenseurs, le poteau et son gardien Jessy Moulin (44e). La deuxième période a été à sens unique avec les deuxième et troisième buts d’Icardi (49e, 57e), celui de Kylian Mbappé (67e), malgré la réduction de l’écart sur un penalty en deux temps de Yohann Cabaye, un ancien joueur parisien (71e).

Thomas Tuchel, l’entraîneur allemand du PSG, s’est félicité de la qualification et de l’état d’esprit affiché par ses joueurs : « On n’arrête jamais de jouer avec intensité en ce moment. Neymar a par exemple aidé Juan Bernat, c’est l’esprit dont on a besoin pour être dangereux et équilibré comme une vraie équipe. Nous avons les meilleurs joueurs mais nous sommes aussi la meilleure équipe, on joue avec beaucoup d’efforts collectifs. »

Leave A Reply

Your email address will not be published.